Immobilier : legere hausse des prix a Paris et en banlieue avril 2013

Immobilier avril 2013 : legere hausse des prix a Paris et en banlieue

Les prix de l’immobilier residentiel ont légèrement augmente à Paris et dans pratiquement toute l’Ile-de-France en avril, d’apres le barometre de MeilleursAgents.com . Les vendeurs vendent tres vite quand les biens sont « au prix ».

Les prix parisiens ont légèrement progressé de 0,1 % en moyenne en avril. – AFP

Pour le deuxième mois consécutif, la baisse des prix de l’immobilier résidentiel dans le marché tendu par excellence, Paris et sa banlieue, s’est à nouveau interrompue en avril. D’après le dernier baromètre publié par MeilleursAgents.com, les prix parisiens ont légèrement progressé de 0,1 % en moyenne en avril sur un mois après + 0,2 % en mars . Ce baromètre est basé sur les promesses de vente signées au cours du mois d’avril 2013 (qui se traduiront par des actes authentiques en juillet 2013), ce qui explique le décalage avec les derniers chiffres des Notaires de Paris-Ile-de-France .

A Paris, la hausse concerne davantage les grandes surfaces (+ 0,5 %, en moyenne sur un mois) que les petites surfaces (- 0,2 %). L’ensemble de l’Ile-de-France est concerné par la petite remontée mensuelle des prix, à l’exception de la Seine-Saint-Denis (93) qui cède 0,2 %. Les Hauts-de-Seine (92) gagnent 0,2 %, le Val-de-Marne (94) + 0,5 %. Globalement, la petite couronne (92,93,94) grignote 0,2 % et la grande couronne (77,78, 91, 95) s’octroie 0,1 %.

Des prix à un niveau élevé jusqu’à l’été

« Cette légère remontée des prix, a commenté Sébastien de Lafond, président et fondateur de MeilleursAgents.com, ne nous surprend pas. Nous anticipions dès mars que cette tendance risquait de se prolonger sous l’impact de trois facteurs  : baisse des taux, saisonnalité de la demande et faiblesse de l’offre. ». La baisse continue des taux (on emprunte aujourd’hui à 3 % en moyenne ), dans le sillage de la politique monétaire accommodante de la Banque Centrale Européenne, qui a encore diminué son taux directeur, explique en grande partie l’interruption de la baisse des prix. Et ce, même si les conditions d’attribution des crédits restent très strictes et si peu de ménages peuvent aujourd’hui en profiter.

VIDEO  : Les trois raisons de la hausse des prix en Ile de France

Par ailleurs, le phénomène de saisonnalité de l’immobilier, qui se traduit par un pic de la demande de mars à juin (les familles décident au printemps de leurs projets immobiliers pour être prêtes en septembre dans leur nouveau logement), couplé à la faiblesse actuelle de l’offre – seuls les vendeurs « forcés » de vendre sont actuellement sur le marché – contribuent à une stabilité, voire à une légère hausse des prix. « I l nous paraît probable que les prix se maintiendront à un niveau élevé jusqu’à l’été et nous maintenons le scénario d’une baisse limitée des prix de 0 à – 5 % sur l’ensemble de l’année 2013. »

Le « juste prix » garantit toujours une vente rapide

Dans ce contexte, le juste prix garantit toujours une vente rapide. Ceux qui veulent vendre leurs biens ne doivent pas mettre leur bien en vente à un montant supérieur à 6  % du prix du marché. Les vendeurs qui se positionnent au-dessus ne reçoivent aucun appel d’acheteurs et pensent à tort que la demande est absente. En réalité, les « acheteurs sont surinformés et très rationnels », a estimé Sébastien de Lafond. « Sur ce marché étroit, essentiellement alimenté par des propriétaires contraints de vendre pour des raisons familiales ou professionnelles, le prix est le facteur essentiel de réussite ou d’échec d’une vente . Les acheteurs savent exactement ce qui est disponible sur le marché et estimer précisément le prix réel de chaque bien. » Du côté des transactions, les volumes sont au plus bas ( de l’ordre de – 30 % à Paris sur un an et de – 20 % en Ile-de-France) mais ne diminuent plus.

source : http://www.lesechos.fr/

Michel BOHDANOWICZ

Expert-comptable / Commissaire aux comptes

Accueil

___________

____________